Il était une Voix...

Blog

  • Barbara

Vers une pratique de l'EFT dans la rééducation vocale?

Mis à jour : 16 juil. 2018

L’EFT (Emotional Freedom Technique) fait partie d'un groupe de thérapies nommé Energy Psychology, parce qu’on pense qu'elles affectent les champs d'énergie électromagnétiques du corps tout en permettant des changements cognitifs.


Les mécanismes qui animent la voix font à la fois sa force et sa fragilité. Par exemple, si les émotions ont le pouvoir d’altérer notre voix, elles ont aussi le pouvoir de lui donner vie. - Cécile Delamarre, orthophoniste






L'EFT une clé dans la conquête de l'épanouissement de la voix...?


Fondement de l’Emotional Freedom Technique

L’EFT repose sur la proposition suivante:

Toute perturbation émotionnelle ou physique a son corollaire sur le plan énergétique, et toute émotion négative induit une perturbation dans la circulation de l’énergie dans un ou plusieurs méridiens. Sébastien Tubau, Psychologue praticien, énergéticien , praticien EFT et formateur

Nos corps stockent des petits ou grands traumas, et nos films mentaux, sensations, images, sont des clés potentielles à la libération de ces émotions.

En stimulant par acupression (par des tapotements du bout des doigts) certains points énergétiques précis à la surface de la peau, tout en concentrant notre esprit sur des problèmes ou cibles physiques ou psychiques spécifiques, le système électro-chimique du cerveau et du système nerveux central pourrait en être modifié: l’énergie circulerait à nouveau.


Une fois la charge émotionnelle diminuée voire éliminée, le patient peut peu à peu modifier sa perception d’un événement et ne réagit plus comme avant face à lui, les traumas deviennent des souvenirs normaux, les connections disparaissent, et la douleur qui leur était associée disparaît également.

Les tapotements réduiraient la charge émotionnelle rattachée à des événements passés, et l’EFT transformerait ainsi les traumas, souvenirs, blocages d'énergie, parties ciblées de notre corps, et émotions refoulées.

C’est en tout cas l’hypothèse avancée et reportée par les praticiens EFT, nombre de patients et études scientifiques.


Débuts expérimentaux ouvrant la voie de l’EFT

Dans les années 60 le Dr George Goodheart, un chiropracteur reconnu et surnommé «The Man With Magic Fingers» propose une association de kinésiologie appliquée et d’acupressure.

Le psychiatre australien John Diamond, partant de ces travaux, mît au point dans les années 70 la Behavioral Kinesiology, qui préconisait de toucher les points d’acupuncture en utilisant des affirmations.


En 1980, un autre psychiatre, le Dr Roger Callahan découvrit un peu par hasard que ses patients pouvaient rapidement se remettre de leurs phobies au moyen de techniques cognitives conjuguées à l’acupressure. Ce constat lui vint alors qu’il tenta de soulager une de ses patientes phobique de l’eau qui se plaignait de mal de ventre, en tapotant sur un point d’extrémité de méridien spécifique lié à l’estomac, sous l’oeil. À leur grande surprise, le Dr Callahan et sa patiente constatèrent que sa phobie était partie, ce qui se vérifia dans sa vie: ses douleurs avaient disparu et sa phobie de l’eau avec.

Le Dr Callahan développa une technique complexe appelée la Thought Field Therapy. (TFT) en s’appuyant sur ces découvertes.


Un ingénieur à l’origine de l’EFT, Gary Craig

Le système de Callahan fut simplifié par Gary Craig, un ingénieur diplômé de l’université de Stanford. Attelé à de nombreuses recherches sur l'aspect émotionnel dans la guérison et le bien-être de l'être humain et reconnaissant que la qualité de vie d'une personne était directement liée à sa santé émotionnelle, il fut très surpris au premier abord, puis rapidement passionné par l’approche expérimentale du Dr Callahan.

Mêlant sa maîtrise et pratique en PNL à une étude approfondie de l’énergétique et de son champ d’action émergeant, Gary Craig développa et popularisa l’EFT, aujourd’hui très répandue.


Un champ d’action dans la sphère cognitive et énergétique

L’EFT puise dans des principes développés par de nombreux géants de la psychologie du siècle dernier.

Le scientifique russe Pavlov a été le premier à démontrer la réaction conditionnée chez le chien, et le célèbre psychologue américain B. F. Skinner a découpé le conditionnement en plusieurs déclencheurs (appelés "aspects" en EFT).

Un influent psychiatre sud-africain, Joseph Wolpe, a développé juste après la IIème guerre mondiale l’échelle de stress, que les praticiens utilisent maintenant en EFT.

Le psychologue Aaron Beck a découvert que remplacer des croyances dysfonctionnelles (cognitions) pouvait aider les personnes à guérir de différents problèmes dits psychologiques.

Aussi, selon de nombreuses études, la thérapie d'exposition s'est avérée efficace (en EFT, il s'agit de la phase où l'on se rappelle du problème).

Cette technique a été validée comme Evidence-Based Medicine (EBM- la médecine basée sur les faits/sur les preuves) dans de nombreuses études, ainsi que dans des essais contrôlés randomisés mesurant le SSPT (Syndrôme de Stress Post-Traumatique), la douleur, la dépression, l’anxiété, et les cravings (envies irrésistibles, dépendance à certains aliments).


L’EFT sous l’oeil de la science: études

Des résultats encourageants étudiés de près

La revue ‘Review of general psychology’ de l’American Psychological Association (APA), une des associations scientifique et professionnelle des Etats Unis et du Canada les plus importantes, a publié une étude revisitant un lot de 51 études examinées par des pairs qui rapportent ou investiguent le champ d’action qui suit la stimulation de points d’acupuncture afin d’aborder des problèmes psychologiques.

Dans ce lot d’études, la qualité de configuration de 18 études randomisées contrôlées (études où tous les facteurs qui peuvent fausser les résultats d’une recherche et donner des résultats trompeurs sont contrôlés afin de permettre une comparabilité initiale entre les groupes d’étude) furent réévalués de façon critique, menant à la conclusion que cette approche apportait de façon constante des résultats importants et des statistiques positives qui dépassèrent largement les attentes au vu du petit nombre de sessions de traitement.


L’EFT répondit aux critères de l’APA définissant la médecine basée sur les preuves, pour plusieurs pathologies et affections notamment pour le SSPT (Syndrome de Stress Post Traumatique). Les mécanismes neurologiques qui seraient impliqués dans ces résultats sont étudiés. (Acupoint stimulation in treating psychological disorders: Evidence of efficacy. Citation (APA Style): Feinstein, D. (2012). Review of General Psychology, 16(4), 364-380.)


L’EFT agirait sur la physiologie de l’émotion: le cas de l’étude du cortisol

Le cortisol est une hormone de la glande surénale qui, outre ses nombreuses fonctions dans l’organisme augmente le taux de glycémie sanguin en période de stress en transformant les cellules de graisse en sucre afin de libérer de l’énergie à partir des réserves de l’organisme.

Une étude étudiant les niveaux de cortisol et les symptômes de stress sur 83 sujets a démontré que les sujets ayant pratiqué l’EFT durant une sesssion d’une heure voyaient leur anxiété réduite (-58,34%, p inf. à 0,05), ainsi que leurs symptômes de dépression (-49,33%, p inf. à 0,002), le niveau de cortisol chuta après traitement (-24,39%, SE 2,62%) comparativement au groupe témoin recevant lui une aide relationnelle durant une heure également (-14,25%, SE 2,61), et au groupe témoin ne recevant aucune thérapie (-14,44%, SE 2,67) (p. inf 0,03) . La chute du niveau de cortisol reflète les observations et l’impact positif de l’EFT sur ces personnes souffrant de symptômes de stress.

(The effect of Emotional Freedom Techniques (EFT) on stress biochemistry: A randomized controlled trial.Citation (APA Style): Church, D (PhD)., Yount, G. (PhD), & Brooks, A. J.(PhD) (2012). Journal of Nervous and Mental Disease, 200(10):891-6. doi: 10.1097/NMD.0b013e31826b9fc1)


L’EFT agirait sur la modification de la perception de notre cerveau à un événement spécifique: modifications du rythme cérébral

D’autres études randomisées contrôlées ont démontré l’efficacité de l’EFT ainsi que d’autres thérapies énergétiques semblables (comme la Thought Field Therapy) auprès de vétérans de guerre, de rescapés de catastrophes naturelles et d’orphelins institutionnalisés qui souffraient de SSPS et autres états morbides.

Le champ d’action neurobiologique des mécanismes de ces thérapies énergétiques a été investi et les résultats suggèrent que ces traitements modifient la réponse cérébrale aux souvenirs traumatiques et aux signaux environnementaux qui les déclenchent.


Ce réexamen passe au crible les essais publiés portant sur leurs mécanismes d’action physiologique sous-jacent dans les cas de SSPT et conclue en émettant 7 implications cliniques de ces approches:

  • Le nombre de séances est relativement limité pour soigner le SSPT,

  • La profondeur, l’étendue et la longévité de l’effet du traitement,

  • Le risque faible d’effets secondaires

  • La facilité d’application de la méthode

  • Son efficacité lorsqu’elle est réalisée en groupe

  • Son effet simultané sur un large ensemble de symptômes psychologiques et physiques

  • La possibilité d’effectuer des sessions par des moyens non conventionnels comme par l’internet et le téléphone.

(The Psychobiology and Clinical Principles of Energy Psychology Treatments for PTSD: A Review Citation (APA Style): Church, D., & Feinstein, D. (2013) In Psychology of trauma, ed. Thijs Van Leeuwen & Marieke Brouwer. Hauppage, NY: Nova Science Publishers.)


Une étude conduite par le Dr. Swingle étudia les effets de l'EFT sur des patients victimes de SSPT suite à un grave accident de voiture: les patients souffraient de cauchemars, de symptômes de stress conséquents, de flashbacks et autres symptômes handicapants.

Les chercheurs constatèrent qu'après deux sessions d'EFT la diminution des symptômes s'accompagnait de changements positifs au niveau du rythme cérébral: l’amplitude des ondes avaient augmenté de 13-15hz dans le cortex sensitif moteur, et abaissa l’intensité des ondes du cortex frontal droit. Les bénéfices psychologiques et neurologiques d’une cette démarche de thérapie énergétique sont discutés. (Neurophysiological indicators of EFT treatment of post-traumatic stress. Citation (APA Style): Swingle, P. (PhD), Pulos, L. (PhD), & Swingle, M. K. (2005). Journal of Subtle Energies & Energy Medicine, (2005),15, 75-86.)


L’EFT comme de nombreuses autres pratiques dites ‘énergétiques’ mobilise beaucoup d’attention, et les cas encourageants font légion. Les praticiens EFT, lorsque ceux-ci ne sont pas médecins, précisent qu’ils ne peuvent remplacer un avis médical, ils ne se substituent en rien à la médecine. La pratique de l'EFT engage la personne qui l'utilise


Crédit Photo Droit d'auteur: <a href='http://fr.123rf.com/profile_carenas1'>carenas1 / 123RF Banque d'images</a>



Posts récents

Voir tout
  • Facebook - Black Circle