Il était une Voix...

Blog

  • Barbara

Je suis sans voix !

Mis à jour : 16 juil 2018

Je suis sans voix…

Une laryngite aiguë a eu raison de ma voix pendant plus d’une semaine et je l’avoue, parler comme Jeanne Moreau m’a amusée deux secondes (« Elle avait des bagues à cha-aque doigt des tas de bracelets autour des poignets… »: en boucle tous les matins- j’aurais dû enregistrer, la ressemblance avec sa voix était frappante)


Mais ne plus pouvoir assurer mes cours avec les chanteurs et ne plus pouvoir surgir de la salle de bain en beltant « It’s Meeeeeeeeee!!!!! » m’a accablée.

D’abord parce que, eh bien, j’aime ce que je fais et j'ai été stupéfaite que ce droit d'exercer m'ait été subitement retiré;

Ensuite parce que c’était assez cocasse de croasser d’une voix d’outre-tombe « Je suis comédienne et… hum… coach vocal » aux nouvelles rencontres que j’ai faites ces deux dernières semaines- dont des professionnels. J’ai suscité l’hilarité chez une amie du métier.

J’ai alors très envie d’expliquer que cette voix n’est pas le résultat d’un excès vocal irresponsable mais d’un virus ou d’une bactérie, qui se sont frayés injustement et pernicieusement leur chemin (ô rage ô désespoir ô virus ennemis) à travers mes compléments alimentaires D-stress BOOST (ça ne s’invente pas) à travers mon alimentation (presque quasi-, à une fritounette et une lampée de bon Bordeaux près-) équilibrée, et surtout mon armada d’HE (Huiles Essentielles, of course).

Alors je me suis demandé: que faire avec cet état de fait? Cet état de non-voix?

Première réponse d’un ami et professionnel de choix puisqu’il s’agissait d’Allan Wright en personne (Oui oui, je le connais personnellement): Du silence.

Ayant annulé tous mes cours par la force des choses, j’en ai profité pour aller au vert un peu par hasard dans le nord de la France, en silence.


Je m’observais et tentais de tirer parti de cette expérience: par moments je voulais parler et sentais mes muscles se contracter.

C’est un exercice que je fais faire pour prendre conscience de ce que nous avons comme habitude, comme empreinte musculaire lorsque nous nous apprêtons à parler ou chanter: « Qu’est ce que se tend de façon inutile? Est ce que la synergie de toute notre musculature est équilibrée? »

Je me rends compte que j’y mets trop d’énergie. Souvent quand je parle je mets moi-même un peu trop d’énergie (dans le monde merveilleux des Fleurs de Bach je suis rangée dans le type ‘Vervain’ qui fait tout un peu excessivement avec enthousiasme).

J’en prends note, même si je le sais déjà.


Et puis sans parler, je constate que je suis plus facilement en contact avec mon interieur (mes émotions pas la décoration de mon appart quoique je m’aperçois que nous entassons trop d’affaires ici). Comme je bouge de l’intérieur… et comme je me colore facilement de gens qui m’entourent et de l’ambiance environnante. Mince, flûte, saperlip.. je suis ultra sensible à l’environnement, mes muscles y réagissent.

J’en prends note, même si je le sais déjà.


Et puis sans parler, j'observe avec amusement que les gens s’attardent sur moi et me regardent avec gentillesse, compréhension et compassion (ou alors ils essayaient de comprendre le langage des signes que j’innove à l’occasion… mh..)

Mon compagnon a dû s’accommoder de mes caprices de circonstance: pas de table près de la fenêtre, air trop sec, trop chaud, trop froid, "d’accord pour la piscine mais sans mouiller les cheveux, parec que nuque au froid, danger!! ah!ah! de l’eau!! ah!!"

En lisant ces mots, mort de rire il me dit que ça fait bien longtemps qu’il s'est accommodé. Humpf!

Dignement drapée dans mon silence, assise à une table de café, je me suis imaginée en train de courir les rues hirsute et hystérique, hurlant d’une voix qui ne sort pas ‘Je n’ai plus de voaaaaaaaa!!! Je n’ai plus de voaaaaaa!!!’ en saisissant au col les gens qui passent et… qui s’en foutent, ils n’ont rien demandé après tout et ne comprennent pas le drame qui se trame devant leurs yeux ébahis.

Et oui, ma voix me prend la tête.

Un excellent ostéopathe (0134280407) très recommandé pour les chanteurs -son mémoire fut sur la voix- m’a manipulée (en tout bien tout honneur) à 9h du matin jeudi dernier parce que je l’appelais en détresse mercredi soir. Je ne savais plus quoi faire pour m’aider à récupérer.

Il me dit:

« -Comme tu sais sans doute Barbara, le larynx est le baromètre du corps.

-…

-Il est dépendant de tous les autres muscles du corps puisqu’il est suspendu dans la gorge. »

J’aime cette image et me dis que je n’ai pas choisi mon ostéopathe par hasard.

Le stress induit par cette voix qui ne me répond pas ne m’aide pas.

Alors je me repose et je vois avec quelle ferveur j’ai entrepris mon travail depuis octobre dernier. Comme j'ai calé des cours avec enthousiasme jusqu'à ne plus pouvoir prendre d'air et ai travaillé régulièrement plus de 13h par jour. (Attention, métaphore parlante cachée dans la phrase précedente!)

Je vois comme je me suis confrontée à des épreuves que j’ai relevées mais qui ont soulevé beaucoup de stress et ramené à la surface une formidable collection de casseroles. Je veux sortir la tête de ces poubelles émotionnelles qui m’encombrent.

Alors je tapote en EFT et fais calmement mes exercices de phonation saine.

Je veux retrouver l’enthousiasme là où l’excès, la peur et la fatigue ont ruiné momentanément le paysage… Me rappeler pourquoi je fais ce que je fais.

Je crois que c’est ça, ma meilleure façon de récupérer ma voix: me rappeler pourquoi je veux une voix.

Voilà;)

P.S. Allez, je ne garde pas cet osthéopathe exceptionnel pour moi, il s'appelle Nicholas Mc Isaac et soigne déjà presque toute ma famille;)


Crédit Photo Droit d'auteur: <a href='http://fr.123rf.com/profile_larser'>larser / 123RF Banque d’images</a>


  • Facebook - Black Circle